Diaporama de Pablo Neruda.
Traitement des images, restauration, Guy Desmurs

Citation de Pablo Neruda

jeudi 8 juin 2017

CANTO GENERAL - APARCOA, MARIO LORCA Y PABLO NERUDA (1971)

[ Pour écoutercliquer sur la flèche ] 
 
« CANTO GENERAL », -GROUPE APARCOA, AVEC MARIO LORCA ET PABLO NERUDA (1971)
LICENCE YOUTUBE STANDARD   
DURÉE : 00:51:53
    América Precolombina

    1. Texto Poético : Introducción (Pablo Neruda) Melodía Azteca México Precolombino (Folklore) Canción Caribe (Pablo Neruda/Gustavo Becerra) 
    2. Texto Poético: Culturas Andinas (Pablo Neruda) Melodía Andina (Folklore) 
    3. Texto Poético: Arauco (Pablo Neruda) Aire Araucano para trompe (Arreglo Aparcoa)

    Conquista Española

    4. Texto Poético: Españoles (Pablo Neruda) Melodía de la Conquista (Arreglo Aparcoa) 
    5. Texto Poético: Nativos Americanos (Pablo Neruda) Baile de los Danzantes (Folklore Andino) 
    6. Veracruz:(Saeta Española) (Pablo Neruda/Gustavo Becerra) 
    7. Texto Poético: Nativos Americanos (Pablo Neruda) Tropa de pusiquillas (Folklore Andino) 
    8. Texto Poético: Españoles (Pablo Neruda) Melodía de la Conquista (Arreglo Aparcoa) 
    9. Texto Poético: Nativos Americanos (Pablo Neruda) Melodía Andina (Folklore) 
    10. Texto Poético: Muerte de Atahualpa (Pablo Neruda)
    11. Texto Poético: Conquista de Chile (Pablo Neruda) 
    12. Texto Poético: Resistencia de Arauco (Pablo Neruda) Melodía Araucana (Arreglo Aparcoa)

    La Colonia

    13. La Colonia cubre nuestra tierra (Pavana) (Pablo Neruda/Gustavo Becerra) Pieza Española (Sergio Ortega)
    14. Texto Poético: Aristocracia Colonial Chilena (Pablo Neruda) Pieza siútica Colonial Chilena (Sergio Ortega) 
    15. Texto Poético: Área Caribe (Pablo Neruda) Amarilis (Valse Venezolano) (Daniel Maíz)
    16. Texto Poético: Sierra Peruana (Pablo Neruda) Los Jilgueros (Huayño Cuzqueño) (Folklore)
    17. Texto Poético: Altiplano (Pablo Neruda) Urpi wiwas kaytan (Yaraví) (Folklore) 
    18. Texto Poético: Norte de Chile (Pablo Neruda) Cachimbo (Folklore)

    Capitalismo

    19. Texto Poético: Presentación de la etapa (Pablo Neruda) Melodía Foránea (Arreglo Aparcoa) 
    20. Texto Poético: Imperialismo (Pablo Neruda) Melodía Foránea (Arreglo Aparcoa)
    21. Texto Poético: Lucha de masas (Pablo Neruda) Aires de Cueca (Folklore) 
    22. Texto Poético: Imperialismo (Pablo Neruda) Melodía Foránea (Arreglo Aparcoa) 
    23. Texto Poético: Lucha de masas (Pablo Neruda) Aires de Cueca (Folklore) 
    24. Texto Poético: Imperialismo (Pablo Neruda) Melodía Foránea (Arreglo Aparcoa) 
    25. Texto Poético: Lucha de masas (Pablo Neruda) Aires de Cueca (Folklore) 
    26. Texto Poético: Masacres (Pablo Neruda) Melodía Foránea (Arreglo Aparcoa) 
    27.Texto Poético: Recabarren (Pablo Neruda) Aires de Cueca (Folklore) 
    28. Texto Poético: El Traidor (Pablo Neruda) Melodía Foránea (Arreglo Aparcoa) 
    29. Por el oro en California (Cueca) (Folklore) 
    30. Los llamo (Canción) (Pablo Neruda/Gustavo Becerra)
    31. Texto Poético: Final (Pablo Neruda) Tarqueada de la Tirana (Folklore)

    CANTO GENERAL SIGLO XXI


    [ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]


    POCHETTE DU DISQUE VINYLE, « CANTO GENERAL », (CHANT GÉNÉRAL)
    DU GROUPE APARCOA SUR DES POÈMES DE PABLO NERUDA
    PHILIPS 1971 CHILI N° 54580 17 / 18


    [ Pour écouter
    cliquer sur la flèche ] 
     
    « CANTO GENERAL », -GROUPE APARCOA, AVEC MARIO LORCA ET PABLO NERUDA (1971)
    LICENCE YOUTUBE STANDARD   
    DURÉE : 00:51:53
      Dates 13/06/2017 (19:00 h)
      Instituto Cervantes
      7, Rue Quentin Bauchart
      75008 París (FRANCIA)
      Concert Avec la musique de Miguel Córdova, la poésie de Pablo Neruda revient à nous dans cette soirée pour célébrer le 40ème anniversaire de la présentation à Paris de la première adaptation musicale du Chant Général, d'après le poème maître de Pablo Neruda, qui a eu lieu à l'ancien Théâtre d'Orsay de Jean Louis Barrault, par le groupe de musique chilien APARCOA avec l'actrice française Emmanuelle Riva.

      Le CHANT GÉNÉRAL SIÈCLE XXI est une nouvelle cantate de chambre avec un livret de Miguel Córdova tiré des poèmes de Pablo Neruda avec un effet réciproque de styles de musiques traditionnelles et classiques interposées avec les chants et le texte, en projetant l'héritage de Neruda au siècle présent. Des instruments ethniques et d'orchestre sont employés pour la musique. La cantate dit une histoire musicale et poétique du monde, des origines anciennes à aujourd'hui selon le concept de l'oeuvre de Córdova, qui peut être résumé comme suit :

      La soirée commence avec une Table Ronde audiovisuelle sur l'histoire de cette oeuvre avec la participation des connaisseurs et des protagonistes de l'époque. Des chansons de Violeta Parra seront interprétées pour honorer le 100ème anniversaire de cette très importante artiste chilienne. Après une courte pause, la soirée culmine avec la première parisienne du CHANT GÉNÉRAL SIÈCLE XXI.

      Programme

      Oeuvre: Poème: Amour Amérique
      Compositor/a: Música: Miguel Córdova. Texto: Pablo Neruda
      Oeuvre: Chanson: Je suis ici
      Compositor/a: Música: Miguel Córdova. Texto: Pablo Neruda
      Oeuvre: Les Conquistadores
      Compositor/a: Música: Miguel Córdova. Texto: Pablo Neruda
      Oeuvre: Les Agonies
      Compositor/a: Música: Miguel Córdova. Texto: Pablo Neruda
      Oeuvre: Araüco
      Compositor/a: Música: Miguel Córdova. Texto: Pablo Neruda
      Oeuvre: La longue guerre
      Compositor/a: Música: Miguel Córdova. Texto: Pablo Neruda
      Oeuvre: Les matériaux
      Compositor/a: Música: Miguel Córdova. Texto: Pablo Neruda
      Oeuvre: La colonie et l empire
      Compositor/a: Música: Miguel Córdova. Texto: Pablo Neruda
      Oeuvre: Pablo Neruda et la terre
      Compositor/a: Música: Miguel Córdova. Texto: Pablo Neruda
      Oeuvre: Les Hommes
      Compositor/a: Música: Miguel Córdova. Texto: Pablo Neruda
      Oeuvre: Les Masques et la paix
      Compositor/a: Música: Miguel Córdova. Texto: Pablo Neruda
      Oeuvre: La parole final
      Compositor/a: Música: Miguel Córdova. Texto: Pablo Neruda

      Participants

      Elisa Cordova
      Liliana Ravioly
      (Grupo) Chacabuco
      Cette activité vous est proposée par:

      Embajada de Chile en Francia

      Instituto Cervantes (París)

      Partenaires

      Fundación Pablo Neruda

      mardi 18 avril 2017

      « ET UN SOURIRE », POÈME DE PAUL ÉLUARD

      [ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

       PAUL ÉLUARD
      [ Pour écoutercliquer sur la flèche ] 
       
      « ET UN SOURIRE », POÈME DE PAUL ÉLUARD, LU PAR SERGE REGGIANI
      LICENCE YOUTUBE STANDARD   
      DURÉE : 00:00:36

        La nuit n’est jamais complète.

        Il y a toujours, puisque je le dis,
        Puisque je l’affirme,
        Au bout du chagrin
        Une fenêtre ouverte,
        Une fenêtre éclairée,
        Il y a toujours un rêve qui veille,
        Désir à combler, Faim à satisfaire,
        Un cœur généreux,
        Une main tendue, une main ouverte,
        Des yeux attentifs,
        Une vie, la vie à se partager.



        -Paul Éluard

        dimanche 9 avril 2017

        « LA PAIX » POÈME DE YANNIS RITSOS

        [ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
        [ Pour écoutercliquer sur la flèche ] 
         
        « LA PAIX » POÈME DE YANNIS RITSOS, LU PAR MELINA MERCOURI 
        LICENCE YOUTUBE STANDARD   
        DURÉE : 00:03:22

          le rêve de l’enfant, c’est la paix.
          Le rêve de la mère, c’est la paix.
          Les paroles de l’amour sous les arbres
          c’est la paix.

          Quand les cicatrices des blessures se ferment sur le visage

                   du monde
          et que nos morts peuvent se tourner sur le flanc et trouver
                   un sommeil sans grief
          en sachant que leur sang n’a pas été répandu en vain,
          c’est la paix.

          La paix est l’odeur du repas, le soir,

          lorsqu’on n’entend plus avec crainte la voiture faire halte
                   dans la rue,
          lorsque le coup à la porte désigne l’ami
          et qu’en l’ouvrant la fenêtre désigne à chaque heure le ciel
          en fêtant nos yeux aux cloches lointaines des couleurs,
          c’est la paix.

          La paix est un verre de lait chaud et un livre posés devant

                   l’enfant qui s’éveille.

          Lorsque les prisons sont réaménagées en bibliothèques,

          lorsqu’un chant s’élève de seuil en seuil, la nuit,
          à l’heure où la lune printanière sort du nuage
          comme l’ouvrier rasé de frais sort de chez le coiffeur du quartier,
                   le samedi soir
          c’est la paix.

          Lorsque le jour qui est passé

          n’est pas un jour qui est perdu
          mais une racine qui hisse les feuilles de la joie dans le soir,
          et qu’il s’agit d’un jour de gagné et d’un sommeil légitime,
          c’est la paix.

          Lorsque la mort tient peu de place dans le cœur

          et que le poète et le prolétaire peuvent pareillement humer
          le grand œillet du soir, 
          c’est la paix.

          Sur les rails de mes vers,

          le train qui s’en va vers l’avenir
          chargé de blé et de roses,
          c’est la paix.

          Mes Frères,

          au sein de la paix, le monde entier
          avec tous ses rêves respire à pleins poumons.
          Joignez vos mains, mes frères.
          C’est cela, la paix.

          Yannis Ritsos (1909 - 1990)
          Texte traduit du grec par l'auteur,
          Revue Europe, août-septembre 1983

          dimanche 2 avril 2017

          POÈME XIV DE L'ŒUVRE POSTHUME
          « ÉLÉGIE »


          [ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]
          LES CLOWNS CÉLESTES 



          Evtouchenko est un fou,
          c'est un clown,
          c’est ce qu’on dit, bouche fermée.
          Viens, Evtouchenko,
          nous allons ne pas discuter,
          nous avons déjà tout dit
          avant d'arriver dans ce monde,
          et il y a dans ta poésie
          des rayons de nouvelle lune,
          des pétales électroniques,
          des locomotives,
          des larmes,
          et de temps en temps, salut!
          en haut! en bas!
          tes pirouettes, tes hautes acrobaties.

          Et pourquoi pas un clown ?

          Ils nous font défaut dans le monde
          Napoléon, un clown des batailles
          (égaré plus tard dans la neige),
          Picasso, clown du cosmos,
          Dansant sur l'autel
          des miracles,
          et Colomb, ce triste clown
          qui, humilié sur toutes les pistes
          nous a découverts il y a des siècles.

          Il n’y a que le poète qu’on ne veut pas laisser,
          ils veulent lui voler sa pirouette,
          ils veulent lui enlever son saut mortel.

          Je le défends 
          contre les nouveaux philistins.

          En avant Evtouchenko,
          montrons dans le cirque
          notre dextérité et notre tristesse,
          notre plaisir de jouer avec la lumière
          pour que la vérité étincelle
          entre ombre et ombre.

          Hourra !
          maintenant entrons,
          que s'éteigne la salle et avec un réflecteur
          éclairez nos visages
          pour qu'ainsi ils puissent voir
          deux oiseaux joyeux
          disposés à pleurer avec tout le monde.



          Pablo Neruda, Poème XIV de l'œuvre posthume « Élégie » (Œuvres complètes, Tome  III) p. 766  de l'Édition d'Hernán Loyola. Chez Galaxia Gutemberg 1999. 


          Traduit de l’espagnol par M.C.

          MORT DU POÈTE RUSSE EVGUENI EVTOUCHENKO


          [ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]

          EVGUENI EVTOUCHENKO
          PHOTO VLADIMIR ASTAPKOVITCH
          Le poète russe Evgueni Evtouchenko, figure emblématique de l’époque du dégel en Union soviétique, est décédé à 84 ans aux Etats-Unis, a indiqué, samedi 1er avril, son épouse Maria Novikova à l’agence de presse publique russe RIA Novosti. 
          PABLO NERUDA ET
          EVGUENI EVTOUCHENKO
          AU CHILI
          Né le 18 juillet 1933 à Irkoutsk, en Sibérie, Evtouchenko a publié ses premiers poèmes à 20 ans. Rapidement, il a connu une grande popularité en URSS, où sa liberté de ton et son non-conformisme tranchaient avec les normes jusqu’alors admises dans la littérature de l’époque stalinienne.

          Il a été un symbole du non-conformisme pendant le court dégel qui a suivi la mort de Staline, sous Nikita Khrouchtchev au début des années 1960. Il devint ensuite un soutien loyal et un privilégié du régime jusqu’à la chute de l’URSS. 

          LE POÈTE EVGUÉNI EVTOUCHENKO LORS D’UNE
          LECTURE À MOSCOU, LE 19 JUILLET 2016.
          PHOTO VLADIMIR VYATKIN
          Après son hospitalisation en début de semaine, Evtouchenko avait demandé à être enterré à Peredelkino, près de Moscou, « non loin du tombeau de Boris Pasternak », a affirmé à TASS le producteur Sergueï Vinnikov, qui était chargé des préparatifs pour un festival poétique prévu cet été en Russie à l’occasion des 85 ans du poète.



          SUR LE MÊME SUJET :


          dimanche 19 février 2017

          NERUDA, CE MONSIEUR ÉTAIT UN GROS POÈTE. (4/4) : « POÉSIE VERTICALE »

          ROBERTO JUARROZ

          [ Pour écouterdouble-cliquer sur la flèche ] 
            «NERUDA, CE MONSIEUR ÉTAIT UN GROS POÈTE. »  JACQUES BONNAFFÉ LIT LA POÉSIE 
           -RADIO FRANCE CULTURE -  DIFFUSÉ  JEUDI 16 FEVRIER 2017
           DURÉE : 0:03:40 
          France Culture 


          Jamais la poésie n’est au travelling de la vie, déroulante ou minutée, elle est prise de montées, ou de plongées verticales. Elle se dédouble plutôt que de croire à ses histoires, et voit sa chute en même temps qu’elle grandit.

          Roberto Juarroz est celui qui interroge Chronos sans relâche et l’envoie balader tendrement. Jamais noir, jamais désespéré il semble fouiller un répertoire d’outre-mots, une mort familière intérieure avec laquelle chaque instant nous nous contextualisons.


          La mort parfois nous frôle les cheveux,
          nous dépeigne
          et n'entre pas.
          Est-ce une grande pensée qui l'arrête?
          peut-être pensons-nous
          quelque chose de plus grand que la pensée même?
          Roberto Juarroz - 1925 1995 Poésie Verticale Collection Points (indispensable)
           Textes extraits de :

          NERUDA, CE MONSIEUR ÉTAIT UN GROS POÈTE. (3/4) : « POINGS TENDUS »


          PABLO NERUDA JEUNE
          [ Pour écouterdouble-cliquer sur la flèche ] 
            «NERUDA, CE MONSIEUR ÉTAIT UN GROS POÈTE. »  JACQUES BONNAFFÉ LIT LA POÉSIE 
           -RADIO FRANCE CULTURE -  DIFFUSÉ  MERCREDI 15 FEVRIER 2017
           DURÉE : 0:03:51 
          France Culture 



          Toujours ivres d’amour, nous levons le poing avec Pablo Neruda, et dans le désir de grandir encore, la verticale nous prend, menant à Roberto Juarroz, l’argentin.

           Textes extraits de :

          NERUDA, CE MONSIEUR ÉTAIT UN GROS POÈTE. (2/4) : « CENT FOIS D’AMOUR »

          PABLO NERUDA 1919

          [ Pour écouterdouble-cliquer sur la flèche ] 
            «NERUDA, CE MONSIEUR ÉTAIT UN GROS POÈTE. »  JACQUES BONNAFFÉ LIT LA POÉSIE 
           -RADIO FRANCE CULTURE -  DIFFUSÉ  MARDI 14 FEVRIER 2017
           DURÉE : 0:03:21 
          France Culture 



          Et l’on perdrait ses feuilles à y chercher l’homme d’engagement, le poète du «Chant Général» père spirituel de la jeunesse militante des années 70, idéaliste ou brave, chantant au combat, ce Pablo-ci est avant tout troubadour, diplomate au grand cœur.

          Nos recherches buttent sur tant de pages d’amour inépuisable, Neruda est un Guiness book à lui-seul, et le cinéaste Pablo Larrain dans sa fiction bio - qui n’est pas biopic - a raison de nous le décrire intenable, égoïste et charmeur, mais d’une confondante humanité. Sorte d'énorme saint laïque offrant son manteau entier à l’exilée des trottoirs.

           Textes extraits de :
          •  Pablo Neruda Vingt Poèmes d’amour et une chanson désespérée - Gallimard 
          •  Pablo Neruda La centaine d’Amour - Gallimard

          NERUDA, CE MONSIEUR ÉTAIT UN GROS POÈTE. (1/4) : « AU CŒUR D’UNE EXTASE »

          PABLO NERUDA JEUNE

          [ Pour écouterdouble-cliquer sur la flèche ] 
            «NERUDA, CE MONSIEUR ÉTAIT UN GROS POÈTE. »  JACQUES BONNAFFÉ LIT LA POÉSIE 
           -RADIO FRANCE CULTURE -  DIFFUSÉ  LUNDI 13 FEVRIER 2017
           DURÉE : 0:03:11 
          France Culture 


          Deux poètes sous les feux de l’actualité, mais la poésie s’en soucie-t-elle ? Qu’a t-elle écrit sur Pénélope depuis ce vieil Homère ? L’illusionniste Pablo Larrain, cinéaste chilien prodigue, nous autorise cette fois à l’irrévérence, dans son portrait de Pablo Néruda, persécuté bon vivant. Explication de cet emprunt dans le titre au belge Louis Scutenaire, un aphorisme pour parler de la figure immortelle du « Grand Poète ». 

           Textes extraits de :
          •  Pablo Neruda Vingt Poèmes d’amour et une chanson désespérée - Gallimard 
          •  Pablo Neruda La centaine d’Amour - Gallimard

          dimanche 8 janvier 2017

          ELEGÍA PARA CANTAR


          I



          ¡Ay, qué manera de caer hacia arriba
          y de ser sempiterna, esta mujer!

          De cielo en cielo corre o nada o canta
          la violeta terrestre:
          la que fue, sigue siendo,
          pero esta mujer sola
          en su ascensión no sube solitaria:
          la acompaña la luz del toronjil,
          del oro ensortijado de la cebolla frita,
          la acompañan los pájaros mejores,
          la acompaña Chillán en movimiento.

          ¡Santa de greda pura!

          Te alabo, amiga mía, compañera:
          de cuerda en cuerda llegas
          al firme firmamento,
          y, nocturna, en el cielo, tu fulgor
          es la constelación de una guitarra.

          De cantar a lo humano y lo divino,
          voluntariosa, hiciste tu silencio
          sin otra enfermedad que la tristeza.


          II


          Pero antes, antes, antes,
          ay, señora, qué amor a manos llenas
          recogías por los caminos:
          sacabas cantos de las humaredas,
          fuego de los velorios,
          participabas en la misma tierra,
          eras rural como los pajaritos
          y a veces atacabas con relámpagos.

          Cuando naciste fuiste bautizada
          como Violeta Parra:
          el sacerdote levantó las uvas
          sobre tu vida y dijo
          « Parra eres 
          y en vino triste te convertirás ».

          En vino alegre, en pícara alegría,
          en barro popular, en canto llano,
          Santa Violeta, tú te convertiste,
          en guitarra con hojas que relucen
          al brillo de la luna,
          en ciruela salvaje
          transformada,
          en pueblo verdadero,
          en paloma del campo, en alcancía.


          III


          Bueno, Violeta Parra, me despido,
          me voy a mis deberes.

          ¿Y qué hora es? La hora de cantar.

          Cantas.
                      Canto.
                                Cantemos.





          PABLO NERUDA

          Enero 19, en automóvil entre Isla Negra y Casablanca.
          Poema-prólogo a Violeta Parra, Décimas, Santiago, Pomaire,  1970.
          Pablo Neruda, « Elegía para cantar » , dans Nerudiana dispersa II, 1922-1973, (Obras completas, tomo V) pages 304-305 Edición de Hernán Loyola. Galaxia Gutemberg, Primera edición : Barcelona, 2002.

          « NERUDA » DE PABLO LARRAIN, TOUT SAUF UN BIOPIC ?

          video

          EN IMAGES 

          Chili, 1948 : le sénateur et écrivain Pablo Neruda, fervent communiste, est traqué pour ses idées politiques. Dans son sixième film, le réalisateur Pablo Larrain prend le genre de la biographie filmée, le « biopic », à contre-pied. 
          Le réalisateur surprend en choisissant de se 
          LUIS GNECCO DANS «NERUDA»
          focaliser sur cette période très courte de la vie du grand poète. Il choisit aussi d’insérer à cette course-poursuite des passages oniriques qui rappellent que le chef-d’œuvre poétique de Neruda, le Chant général, était en germe à ce moment précis. Il déjoue enfin les attentes du spectateur en adoptant le point de vue de l’antagoniste de son personnage principal, un inspecteur méticuleux à la solde du pouvoir chilien. L’avis des critiques du Monde.